FRANCE - FRANKRIJK

Commune de NATZWILLER (BAS-RHIN)
Gemeente
NATZWILLER (BAS-RHIN)


Plaque à la mémoire des déportés étrangers dans l'ancien camp de concentration
 Gedenkplaat ter nagedachtenis van de buitenlandse gedeporteerden in het voormalig concentratiekamp

 

 

 


Localisation - Ligging: Centre européen du résistant déporté, Site de l'ancien camp de Natzweiler-Struthof (à l'emplacement des anciennes "Places d'appel"), Route Départementale 130, 67130 Natzwiller. Europese centrum voor gedeporteerde verzetstrijders, site van het voormalig kamp KL-Natzweiller-Struthof (op de vroegere "appelplaats") Route Départementale 130, 67130 Natzwiller.

Inscription - Opschrift

"À LA MÉMOIRE
DE TOUS LES DÉPORTÉS ÉTRANGERS
MORTS ICI
POUR LA LIBERTÉ"

Remarques - Opmerkingen
Natzwiller est le nom français, Natzweiler le nom allemand.

Les déportés du KL-Natzweiler, arrivés de toute l’Europe, proviennent de tous les horizons. En grande majorité, ce sont des déportés politiques, dont les "Nacht und Nebel", mais aussi des Juifs, Tziganes, homosexuels… Tous découvrent un univers où ils ne sont plus que des numéros et des sous-hommes.

Près de 52.000 personnes d’une trentaine de nationalités différentes ont été déportées au KL-Natzweiler ou dans ses camps annexes. La répartition par nationalité est la suivante:

Pologne: 13.606
URSS: 7.586
France: 6.781
Hongrie: 4.403
Allemagne: 3.703
Italie: 1.690
Yougoslavie: 872
Pays-Bas: 676
Norvège: 579
Lituanie: 555
Luxembourg: 416
Lettonie: 390
Belgique: 387
Estonie: 312
Tchécoslovaquie: 254
Grèce: 169
Slovénie: 125
Espagne: 80
Roumanie: 37
Albanie: 17
Autriche: 13
Royaume-Uni: 11
Ukraine: 10
Finlande: 7
Suisse: 7
Turquie: 6
Danemark: 3
Bulgarie: 2
Portugal: 1
Suède: 1
Non renseignés: 8.985
TOTAL: 51.684

La répartition par catégories de prisonniers est la suivante:

Déportés politiques: 46 %
Déportés politiques juifs: 6,5 %
NN (Nacht und Nebel): 4,9 %
Déportés politiques soviétiques (catégorie jusqu'en 1942): 1,3 %
Déportés politiques polonais (catégorie jusqu'en 1942): 0,8 %
KGF (Prisonniers de guerre): 0,5 %
SAW (Réfractaires à la Wehrmacht): 0,1 %
Déportés raciaux - Juifs: 11,02 %
Déportés raciaux - Asociaux juifs: 0,01 %
AZA (Travailleurs civils étrangers): 6 %
BV 175 (Déviants sexuels): 2,6 %
Asociaux: 1,3 %
SV (Déportés en internement de sécurité): 0,7 %
Tziganes: 0,6 %
Homosexuels: 0,42 %
Témoins de Jéhovah: 0,05 %
Apatrides: 0,004 %
Non renseignés: 17,7 %

Source: Musée du camp de Struthof

Histoire - Historiek

Le "Konzentrationslager Natzweiler" ouvre en mai 1941 au lieu dit "Le Struthof", en Alsace annexée. Les nazis décident d’installer un camp de concentration à cet endroit pour exploiter un filon de granite rose situé à proximité.

Destiné à fournir au Reich une main-d’œuvre d’esclaves, il regroupe avant tout des prisonniers de guerre, des déportés politiques arrêtés en raison de leurs convictions anti-nazies, et des résistants. Il compte aussi des déportés raciaux (juifs, tziganes), des homosexuels et des Témoins de Jehovah.

Venus de 31 pays différents, les déportés voient leur nombre tripler en 1943, année où arrivent les "Nacht und Nebel", voués à disparaître sans laisser de traces. La logique de terreur se parachève avec l’aménagement d’une chambre à gaz expérimentale et la mise en fonctionnement d’un four crématoire.

En dehors du site du Struthof, le camp de Natzweiler ouvre 70 camps annexes, notamment en Allemagne, presque tous voués à l’effort de guerre. Face à l’avancée des Alliés, les nazis évacuent les déportés du camp du Struthof en septembre 1944. Lorsque les militaires américains découvrent le site en novembre, il est entièrement vide, mais ses camps annexes continuent de fonctionner.

52 000 déportés sont passés par ce camp et ses "Kommandos" entre 1941 et 1945. Près de 22 000 sont morts. La plupart d’épuisement, de traitements inhumains ou de faim, d’autres à cause des expérimentations pseudo-médicales dont ils ont été les victimes. Le camp servit aussi de lieu d’exécution de résistants. Avec un taux de mortalité de 40%, le camp de Natzweiler est l’un des plus meurtriers du système concentrationnaire SS (Source: Site de l'ancien camp de concentration de Natzweiler-Struthof - Dossier de presse).

Het "concentratiekamp Natzweiler" wordt in mei 1941 in het plaatsje "Le Struthof" - in de geannexeerde Elzas - geopend. De nazi’s besluiten hier een concentratiekamp te bouwen om een nabij gelegen roze granietlaag te ontginnen.

In dit kamp zitten voornamelijk krijgsgevangenen, politieke gevangenen en verzetsstrijders opgepakt vanwege hun antinazi houding. Zij leveren slavenarbeid voor het ‘Reich’. Verder zijn er ook gevangenen vanwege hun ras (joden en zigeuners), homoseksuelen en Jehova Getuigen.

De gedeporteerden zijn afkomstig uit 31 landen. In 1943, het jaar dat de "Nacht und Nebel" gevangenen aankomen, voorbestemd om te verdwijnen zonder een spoor achter te laten, verdrievoudigt hun aantal. De terreur wordt vervolmaakt met de bouw van een gaskamer voor experimentele doeleinden en ook een verbrandingsoven.

Buiten de plaats "Le Struthof" opent het kamp Natzweiler 70 buitenkampen, de meeste in Duitsland, allen ten dienste van de oorlogsindustrie.

In september 1944 evacueren de nazi’s, als gevolg van de oprukkende geallieerden, het kamp. Als de Amerikaanse militairen het kamp in november ontdekken, is dit helemaal leeg. De buiten-of nevenkampen, echter blijven nog functioneren.

Tussen 1941 en 1945 zijn 52.000 gedeporteerden in dit kamp en de "Kommando’s" (buiten-of nevenkampen) geweest. Ruim 22.000 zijn er overleden. De meesten door uitputting, onmenselijke behandeling of honger; anderen waren slachtoffer van pseudo-medische experimenten. Het kamp diende ook als executieplaats voor verzetsstrijders. Met een sterftecijfer van 40% is het kamp Natzweiler één van de meest moorddadige kampen van het SSsysteem (Bron: Site van het voormalig Concentratiekamp Natzweiler-Struthof - Persdossier).

Le monument commémoratif ne comporte pas de noms; cependant, il a été possible, principalement à partir de l'ouvrage "Livre d'Or de la Résistance belge" (Source [14]), de dresser une liste, probablement non exhaustive, de dix-huit Belges décédés dans ce camp de concentration.

Het gedenkteken bevat geen namen, nochtans was het mogelijk om een lijst, waarschijnlijk onvolledig, samen te stellen van 18 Belgen die om het leven kwamen in dit concentratiekamp, op basis van het werk "Livre d'Or de la Résistance belge" (Bron [14]).


Voir les noms des Belges décédés au camp de Natzweiler-Struthof. Zie namen van de Belgen overleden in het concentratiekamp Natzweiler-Struthof.
 



Plaque commémorative aux déportés morts dans le camp de Natzweiler-Struthof



La potence







Mémorial de la déportation (inauguré par le Général de Gaulle)



Photos prises en novembre 2007









Tickets d'entrée au Centre européen du résistant déporté





Entrée du camp



La lanterne des morts



Les grillages d'enceinte











Mémorial de la déportation



Monument situé à côté du four crématoire, à l'endroit où étaient jetées les cendres des prisonniers



La potence



La chambre à gaz (située à quelques centaines de mètres du camp proprement dit)
 
Cartes postales anciennes (non datées)